La danse du Thé

Le thé partagé tisse les relations humaines

Ce soir, devant le foyer, c’est Jin Ya, puer sombre, terreux, doux, réchauffant, apaisant, réconfortant. Ce matin, c’était Jin Si Dian Hong, un rouge (noir) de caractère plein, vif, yang. Et quelques fois cette semaine, ce fut Yun Ya Wudang : vert délicat, raffiné, comme une lumière douce.

Dimanche, Martine m’a fait m’émerveiller devant ce thé blanc au goût un peu fumé qui vient en galette comme les puer, puis devant un pu er shou et enfin devant ce thé rouge d’exception, au goût qui m’a semblé malté, qu’elle avait reçu en primeur et en toute petite quantité.

Chaque thé a son moment et chaque moment peut avoir son thé. L’eau et les feuilles préparées avec soin, la tasse tenue avec amour, le thé infusé humé et goûté avec toute ma présence me ramènent toujours à l’instant présent, à l’essence au cœur de cette seconde qui passe. Le thé partagé, quant à lui, tisse les relations humaines, une tasse à la fois.

— Karine Lamoureux

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *