Thés Wulong

Relativement récents dans l’histoire, les thés Wulong ont été créés par la maîtrise du processus d’oxydation au cours du 17e siècle dans la province de Fujian.

Wulong, en chinois, signifie littéralement «dragon noir » dont le nom trouve son orgine dans une légende : un planteur vit surgir un dragon noir d’un théier dont les feuilles ont révélé les notes boisées de châtaigne et de noisette.

Wulong est le nom générique qui s’applique aux thés partiellement oxydés. Cette oxydation partielle est obtenue par flétrissage, roulage, sudation puis chauffage sur les flammes à plusieurs reprises. Ainsi, au fil de ces étapes, les feuilles sont successivement flétries, brassées, légèrement écrasées et chauffées pour libérer les huiles et accélérer la réaction des enzymes, afin de créer des arômes distinctifs.

Cette semi-oxydation élimine le goût herbacé que l’on retrouve dans le thé vert sans toutefois produire le goût plus prononcé du thé rouge. Cette transformation apporte une vaste gamme de thés aux caractères très singuliers et aux arômes et goûts très variés : les Wulongs qui sont oxydés de 10-45% se rapprochent davantage du goût des thés verts et se démarquent par leurs arômes floraux et sucrés. Ceux qui sont oxydés jusqu’à 70% se rapprochent davantage des thés noirs et dégagent des notes fruitées, boisées et caramélisées.

En éliminant le caractère très herbacé du thé vert pouvant irriter l’estomac, la semi oxydation permet de boire le thé en plus grande quantité tout en multipliant son potentiel thérapeutique. En effet, une oxydation brève préserve et amplifie le potentiel des facteurs médicinaux naturels qui sont parfois affaiblis dans une oxydation complète. Ceci fait du Wulong l’une des meilleures variétés de thé pour préserver la santé.

Afficher tous les 7 résultats